À Propos

Membres pour le Changement est une équipe de candidats qui se présentent aux élections de l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP) de 2023. 

Nous partageons une vision commune, celle de transformer notre syndicat en une organisation démocratique et active qui travaille en étroite collaboration avec les autres syndicats de la fonction publique fédérale, sur la base de trois piliers : Démocratie, équité et solidarité.

Nous avons reçu l’appui du Caucus de solidarité de l’ACEP, le plus important regroupement de caucus de l’ACEP, composé de membres de la base qui bâtissent la démocratie syndicale dans tous les ministères. 

NOS PRINCIPES

DÉMOCRATIE: L’ACEP doit reconstruire son pouvoir à partir de la base – en donnant d’abord le pouvoir aux sections locales et aux membres. 

ÉQUITÉ: L’ACEP doit promouvoir l’équité et l’inclusion afin d’améliorer les conditions de travail et les opportunités pour tous.

SOLIDARITÉ: L’ACEP doit établir des relations et agir en solidarité avec les syndicats et les mouvements sociaux.

À QUOI SERT UN SYNDICAT ?  

Les syndicats sont les seules organisations qui défendent les intérêts des travailleurs et qui jettent un pont entre les relations conflictuelles entre les employés et la direction. Les syndicats jouent un rôle essentiel en négociant des salaires, des avantages et des conditions de travail équitables au nom de leurs membres. 

En unissant les travailleurs et en les organisant pour qu’ils puissent se défendre, les syndicats créent un équilibre des pouvoirs et réduisent les risques de discrimination et d’injustice sur le lieu de travail. Les syndicats peuvent également contribuer à la lutte plus large pour la justice et l’équité dans la société. 

En construisant un syndicat fort, nous visons à créer des lieux de travail équitables, justes et respectueux, qui bénéficient à la fois aux travailleurs et à la classe ouvrière dans son ensemble.

POURQUOI AVONS-NOUS BESOIN DE CHANGEMENT ?

Au cours des trois dernières années, nos membres ont été accablés par des crises qui se sont entremêlées : 

  • Une pandémie mondiale persistante au cours de laquelle nous avons fourni des biens réels aux Canadiens et appris que nous pouvions travailler à distance de manière tout aussi productive, avant d’être contraints de retourner dans les bureaux sans raison claire, indépendamment des problèmes d’équité massifs que la pandémie a mis en évidence.
  • Une crise inflationniste permanente où nous n’avons pas réussi à récupérer notre pouvoir d’achat perdu par le biais de la négociation collective, malgré la grève d’un syndicat frère qui a atténué l’impact de ces pertes pour nous tous.
  • Une crise d’équité permanente, où, entre autres choses : Les fonctionnaires noirs et indigènes ont été contraints d’engager deux recours collectifs contre l’employeur pour commencer à lutter contre le racisme systémique de longue date en matière d’embauche et de promotion, ainsi que sur le lieu de travail ; de nombreux fonctionnaires handicapés ont vu les gains qui ont changé leur vie grâce au télétravail s’éroder précipitamment avec un retour forcé au bureau ; et les fonctionnaires 2SLGBTQIA+ ont vu une horrible insurrection d’extrême droite homophobe et transphobe menacer leur sécurité et leur bien-être au sein de leurs communautés ;  
  • Une grève historique de l’AFPC qui, malgré ses limites, a clairement montré comment l’ACEP se passe des risques et des luttes d’autres syndicats, alors que nous pourrions plutôt ajouter notre pouvoir aux luttes communes auxquelles sont confrontés les travailleurs du secteur public fédéral.

Nous entrons potentiellement dans une ère d’austérité de masse inflationniste et d’instabilité économique, où les forces anti-travailleurs pourraient facilement prendre le pouvoir et commencer immédiatement à attaquer et à saper nos moyens de subsistance, nos lieux de travail et notre bien-être. Pour pouvoir nous défendre, nous devrons construire un syndicat démocratique qui sache comment se battre pour obtenir ce dont nous avons besoin. Pour ce faire, nous devrons tous nous informer et nous organiser en vue de ce qui nous attend, ce que la direction actuelle de l’ACEP n’est absolument pas préparée à faire et ne veut pas faire. 

Nous sortons d’un cycle de négociations contractuelles où nous ne nous sommes pas battus – et nous avons perdu. Nous avons subi une baisse de salaire après trois années d’inflation galopante et nous n’avons pas obtenu de nouveaux droits en matière de télétravail – nos deux principales préoccupations. Nous avons profité de la grève de l’AFPC pour recevoir la même offre de contrat médiocre que celle pour laquelle ils se sont battus. Notre leadership a été inexistant pendant la plus grande grève de la fonction publique fédérale de l’histoire du Canada, alors qu’un caucus de solidarité de la base s’est chargé de l’ensemble de l’organisation de la solidarité. On ne peut pas sérieusement considérer que nous sommes en train de riposter alors que nos dirigeants sont embourbés dans des conflits interpersonnels à huis clos, que notre processus décisionnel est plus opaque que jamais et que nos processus démocratiques ne permettent presque jamais aux membres de prendre de véritables décisions sur leur avenir.

Plateforme

DÉMOCRATIE 

L’ACEP doit reconstruire son pouvoir à partir de la base – en donnant d’abord le pouvoir aux sections locales et aux membres.

Changements structurels 

  • Réduire le pouvoir décisionnel du président de l’ACEP afin de créer davantage de possibilités de prise de décision par les membres. La prise de décision par les membres devrait également se faire par l’introduction de résolutions et de motions contraignantes lors de toutes les réunions des membres de l’ACEP, et pas seulement lors des assemblées générales annuelles. 
  • Construire un syndicat qui accueille et encourage les membres à fixer des priorités stratégiques à court, moyen et long terme pour le président et le comité exécutif national (CEN) par le biais d’exercices tels que l’élaboration participative du budget et la planification stratégique.
  • Restructurer le CEN pour permettre aux dirigeants locaux d’influencer directement les priorités et les décisions de l’ACEP. 
  • Développer des règles et des normes dans les statuts et le règlement intérieur qui rendent le président, le vice-président, le personnel de l’exécutif national et les membres du CEN responsables de leurs actions. 
  • Accroître la transparence des barèmes de rémunération des présidents et des cadres, des changements immédiats dans les postes de direction et les sous-comités du CEN, et des décisions prises lors des réunions du CEN. 

Négociations collectives 

  • Démocratiser le processus de négociation afin qu’il soit véritablement mené par les membres, avec un débat et une discussion permanents tout au long du processus de négociation entre les membres sur les questions essentielles. De nombreux autres syndicats pratiquent la « négociation ouverte », ce qui renforce notre position à la table des négociations en garantissant la mobilisation et l’engagement des membres. 
  • Offrir aux groupes d’équité, aux dirigeants locaux et aux délégués syndicaux un siège à la table pour conseiller le comité de négociation collective sur les priorités qu’ils souhaiteraient négocier en permanence. 

Autonomisation des membres 

  • Organiser régulièrement (au moins trois fois par an) des assemblées générales des membres pour voter sur les décisions ayant un impact sur le syndicat. Les résolutions seraient débattues lors des assemblées générales, les membres procédant ensuite à un vote contraignant que le syndicat serait tenu de mettre en œuvre (actuellement, les résolutions sont considérées comme des « recommandations » adressées au Comité exécutif national). 
  • Développer une stratégie de campagne pour éduquer, mobiliser et recruter la prochaine génération de jeunes travailleurs pour occuper les futurs postes de direction de l’ACEP, tout en restructurant les pratiques d’embauche pour encourager le recrutement de membres de l’ACEP à des postes de personnel.

Autonomisation des sections locales 

  • Organiser des formations régulières et des sessions sur des questions spécifiques pour les délégués syndicaux, les dirigeants locaux et les membres du comité de négociation collective. L’objectif principal est de former les membres des sections locales à la défense active de leurs intérêts sur le lieu de travail, tout en développant une infrastructure de campagne qui leur permette de le faire plus efficacement.
  • Organiser un congrès annuel pour permettre aux dirigeants locaux et aux délégués syndicaux de se rencontrer et de collaborer. Les participants peuvent y découvrir l’histoire du travail, rencontrer des représentants d’autres syndicats du secteur public fédéral, acquérir des compétences sensibles en matière de SST (premiers secours et santé mentale) et récompenser les bénévoles et les dirigeants locaux de l’ACEP qui se sont distingués. 
  • Développer des outils pour les membres afin de renforcer la sensibilisation syndicale sur leur propre lieu de travail, tels qu’un « kit de démarrage » pour les membres cherchant à activer une section locale précédemment inactive, et des « dossiers de bienvenue » pour accueillir les nouveaux membres dans leur section locale. 
  • Fournir un soutien unique et adapté aux habitants de la région. Cela inclut des formations qui se déroulent dans les fuseaux horaires régionaux et des services de traduction en français sur demande. 

ÉQUITÉ 

L’ACEP doit promouvoir l’équité et l’inclusion afin d’améliorer les conditions de travail de tous. 

Changements structurels 

  • Redéfinir le comité d’équité pour qu’il ait des postes permanents au sein du CEN et qu’il conseille régulièrement l’exécutif de l’ACEP sur les défis en matière d’équité auxquels sont confrontés les membres, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du milieu de travail.
  • Favoriser un changement de culture au sein du syndicat afin d’encourager le leadership et l’élaboration de politiques par la diversité de nos membres, notamment les personnes handicapées, les membres de la communauté 2SLGBTQI+, les femmes, les autochtones, les Noirs et les personnes racialisées, ainsi que les soignants.
  • Créer des caucus pour les groupes en quête d’équité afin de conseiller le CEN, de lancer des initiatives de l’ACEP et d’influencer les priorités en matière de négociation.  

Accessibilité et inclusivité

  • Soutenir les étudiants stagiaires et coopératifs de la fonction publique fédérale pour qu’ils se défendent en tant que travailleurs et s’organisent. En travaillant avec d’autres syndicats de la fonction publique fédérale, nous pouvons équiper et responsabiliser les étudiants travailleurs avec les outils et les ressources dont ils ont besoin.
  • Faire pression en faveur d’une structure de cotisation progressive pour remplacer l’actuelle structure de cotisation forfaitaire régressive, de sorte que les membres les moins bien rémunérés paient des cotisations proportionnellement moins élevées que les membres les mieux rémunérés.
  • Intégrer l’accessibilité universelle et la justice pour les personnes handicapées dans la reprise des fonctions, conformément à la Loi canadienne sur l’accessibilité 

 et aux principes de la justice pour les personnes handicapées. 

  • Construire un syndicat qui mandate les membres pour fixer des priorités stratégiques axées sur l’équité. 
  • Fournir des outils et des ressources aux membres qui souhaitent renforcer leurs compétences linguistiques en anglais et en français, tout en incitant l’employeur à augmenter considérablement la capacité de formation aux langues officielles. 
  • Soutenir le travail à distance et les pratiques d’embauche dans les régions en dehors de la RCN qui diversifient la représentation et les compétences de la fonction publique. 

SOLIDARITÉ 

L’ACEP doit établir des relations et agir en solidarité avec les organisations syndicales et les mouvements sociaux. 

Changements structurels 

  • Créer un comité de mobilisation dont le mandat est d’établir des relations et de s’engager dans des initiatives avec d’autres syndicats et organisations communautaires.
  • Développer une forte culture d’autodéfense et renforcer notre fonds de défense afin que l’ACEP n’ait pas à compter sur d’autres syndicats pour se battre pour ses membres.
  • Travailler en étroite collaboration avec d’autres syndicats du Conseil national mixte pour développer une approche commune et unie de la négociation, afin que nous puissions obtenir des gains contractuels unis lors du prochain cycle de négociation.
  • Créer des caucus intersyndicaux à l’ACEP, tels qu’un caucus des délégués syndicaux et un caucus de la base comprenant des représentants de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et de l’Association canadienne des agents financiers (ACAF).  

Mouvements social et syndical

  • Construire un syndicat qui accueille et encourage les membres à fixer des priorités stratégiques dans le domaine de la solidarité.  
  • Utiliser la plateforme de l’ACEP pour soutenir les mouvements syndicaux menés par les travailleurs de la fonction publique, au Canada et à l’étranger. 
  • Contribuer matériellement aux mouvements syndicaux parallèles et aux campagnes pour la justice dans la fonction publique fédérale (par exemple, le recours collectif des Noirs).
  • Assumer des rôles de leadership au sein des comités et des caucus du Congrès du travail du Canada (CTC), la plus grande organisation syndicale au Canada. Le CTC réunit des dizaines de syndicats nationaux et internationaux, des fédérations provinciales et territoriales du travail et des conseils du travail communautaires.

Questions Clés

Retour au bureau (RAB) :

Malgré un travail productif en dehors du bureau depuis l’émergence de COVID-19, l’employeur continue d’imposer une solution unique à un problème qui n’existe pas. Le modèle hybride commun n’est pas justifié par des données probantes, d’autant plus qu’il a un impact disproportionné sur les membres des groupes méritant l’équité. Dans un premier temps, nous exigerons une plus grande transparence sur le processus de prise de décision pour le RAB tout en exigeant un nouveau modèle de lieu de travail, en particulier pour les membres en dehors de la RCN qui ont été laissés dans l’ignorance. 

Télétravail :

Les fonctionnaires ont prouvé qu’ils pouvaient travailler et servir efficacement les intérêts des Canadiens depuis leur domicile. Les employés ont démontré leur capacité à travailler sans supervision tout en améliorant considérablement l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Le télétravail à temps plein a permis de recruter des talents dans tout le pays, garantissant ainsi une fonction publique plus représentative (en particulier pour les régions éloignées et les populations autochtones). Nous continuerons à nous battre pour l’inclusion de dispositions substantielles sur le télétravail dans les futures conventions collectives, en reconnaissance de l’immense amélioration de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée pour les membres et des gains de productivité pour les Canadiens et l’employeur. Cela nécessitera une mobilisation sérieuse et une position de négociation ferme si nous voulons obtenir de nouveaux droits, que nous construirons avec d’autres syndicats luttant pour la même chose. 

Obligation d’accommodement (OA) :

Nous continuerons à travailler pour supprimer les charges administratives punitives et stressantes que l’employeur impose actuellement à nos membres dans le cadre des demandes d’accommodement. Nous ferons pression sur l’employeur pour qu’il respecte son obligation légale de fournir des aménagements permettant à tous les employés de participer pleinement, jusqu’à ce qu’ils subissent une contrainte excessive. Bon nombre des membres qui demandent l’accès au télétravail en tant que mesure d’adaptation éprouvée par le biais du processus d’OA ont des handicaps (visibles et invisibles), des maladies chroniques et d’autres expériences uniques qui sont aggravées de façon aiguë et négative par l’intransigeance de l’employeur sur cette question.

Le droit à la déconnexion (DAD) :

En plus des demandes infondées de se présenter au bureau, les membres sont de plus en plus sollicités pour être disponibles en dehors des heures de travail traditionnelles. En outre, on leur demande de travailler à distance lorsqu’ils sont malades, ou on les encourage à ne pas être malades les jours où ils sont au bureau, ce qui fait qu’un plus grand nombre d’employés se présentent sur le lieu de travail alors qu’ils sont malades. Nous reconnaissons qu’avec l’évolution des expériences en matière de lieu de travail, les membres ressentent des attentes accrues en matière de disponibilité en dehors des heures de travail traditionnelles et se sentent poussés à travailler à distance lorsqu’ils sont malades. Nous nous efforcerons d’inclure dans les futures conventions collectives des dispositions strictes en matière de DAD afin de protéger la santé mentale et l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée des membres.

Phoenix :

Nous reconnaissons que les problèmes liés au système de rémunération Phoénix continuent d’avoir un impact sur les membres, en particulier pour ceux qui sont mutés d’un département à l’autre, qui changent de classification ou qui prennent un congé parental. Tous les travailleurs méritent d’être payés pour leur travail. Nous tirerons parti de nos relations avec d’autres syndicats pour organiser des efforts de solidarité en faveur des membres touchés par le système de rémunération défectueux de Phoénix et nous nous efforcerons de trouver des solutions.

COVID-19 :

La pandémie actuelle continue de mettre en danger la santé et la longévité de tous les fonctionnaires, mais surtout de ceux qui sont médicalement vulnérables. Nous continuerons d’exiger de l’employeur qu’il se penche sur les variantes de plus en plus invasives et sur l’augmentation à venir de l’invalidité due aux lésions des organes (reins, pancréas, cerveau, cœur, etc.) afin de protéger les employés et d’assurer la continuité du service pour les Canadiens.

Santé et sécurité au travail :

Malgré une pandémie mondiale, une chaleur et des tempêtes extrêmes, et un pays qui brûle littéralement, l’employeur n’a pas réussi à fournir un environnement de travail sûr, comme l’exige le Code canadien du travail, et continue à promouvoir la présence au bureau malgré les risques scientifiquement prouvés. Nous exigerons des lieux de travail sûrs pour tous les membres.

Réaménagement des effectifs (RE) :

En période de restrictions budgétaires, les membres peuvent, à juste titre, s’inquiéter de ne pas pouvoir conserver leur emploi. Nous communiquerons et travaillerons avec les membres pour les soutenir tout au long de l’exercice de réaménagement des effectifs au sein du gouvernement du Canada. Nous travaillerons en étroite collaboration avec les autres agents négociateurs afin d’élaborer une stratégie commune de lutte contre les suppressions d’emplois – les fonctionnaires ne doivent pas être les boucs émissaires de crises budgétaires qu’ils n’ont pas créées.

Members for change logo

Candidats

Nathan Prier

Nathan Prier

ISED (CAPE President)

Bonjour, Je m’appelle Nathan Prier, et j’utilise les pronoms « il » et « lui ». Je suis un économiste principal à Innovation, Sciences et Développement Économique Canada (ISDE), où je travaille depuis 2019 sur un certain nombre de dossiers, comme les véhicules connectés et automatisés et…

Annie Yeo

Annie Yeo

ESDC (CAPE EC/LOP/OPBO Vice-President)

Je m’appelle Annie Yeo, j’utilise le pronom « elle » et je me présente pour être votre vice-présidente EC/BdP/BDPB à l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP).  Je suis une analyste des politiques au Programme du travail d’Emploi et Développement Social Can…

Alexander Petras

Alexander Petras

INFC (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Alexander Petras. J’utilise les pronoms [il/lui]. Je suis actuellement analyste à Infrastructure Canada (INFC), où je travaille depuis 2019. Je me présente avec l’équipe des Membres pour le changement à cette élection pour aider à bâtir un syndicat transparent…

Alexis-Nicolas Brabant

Alexis-Nicolas Brabant

ISED (EC Director)

Je m’appelle Alexis Brabant. J’utilise les pronoms Il/Lui. Je suis un analyste des politiques basé à Montréal. Je travaille à Innovation, Sciences et Développement économique (ISDE) Canada. Dans le cadre des élections de l’ACEP, je me présente avec l’équipe Membres pour le changement pou…

Bogdan Panasyuk

Bogdan Panasyuk

ESDC (EC Director)

Chers collègues, Comme vous le savez probablement, notre syndicat a été confronté à certaines difficultés ces dernières années et je partage votre frustration quant à la manière dont certains événements se sont déroulés. En particulier, beaucoup d’entre nous sont mécontents de ce qui suit : L…

Brian Latour

STATSCAN (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Brian Latour. Je suis EC à Statistique Canada, où je travaille depuis mon entrée dans la fonction publique fédérale en 2016. Au cours des six dernières années, j’ai travaillé au Centre d’information sur le marché du travail de Statistique Canada, où je me suis…

Carmelle Goldberg

Carmelle Goldberg

Bonjour, Je m’appelle Carmelle Goldberg. J’utilise les pronoms she/her/elle. Je suis analyste principale des politiques à Services publics et Approvisionnement Canada depuis 2023. J’ai occupé divers postes au sein du gouvernement fédéral pendant plus de six ans. Je me présente avec…

Douglas Hagar

Douglas Hagar

TC (EC Director)

Je m’appelle Douglas Hagar.  En tant que candidat au poste de directeur du CEN, je suis animé d’une vision audacieuse : celle de transformer l’ACEP en une organisation démocratique, dirigée par ses membres et pleinement intégrée au mouvement syndical. Je cherche à renforcer nos déf…

Frank Assu

Frank Assu

TC (EC Director)

Bonjour, je m’appelle Frank Assu. Je suis analyste principal des politiques de programme EC-06 pour une durée indéterminée à Transports Canada. Qui suis-je ? Je suis membre de la première nation We Wai Kai, des tribus Kwakwaka’wakw de la Colombie-Britannique.  J’ai été élevé et for…

Greer Brabazon

Greer Brabazon

CIRNAC (EC Director)

Greer Brabazon (elle) est analyste principale des politiques, Traités et gouvernement autochtone, Relations Couronne-Autochtones, dans la RCN, et travaille au ministère depuis plus de trois ans. Greer se présente avec l’équipe des députés pour le changement à cette élection afin d’aider …

Julia Szwarc

Julia Szwarc

NRCan (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Julia Szwarc. J’utilise le pronom “elle”. Je suis analyste des politiques à Ressources naturelles Canada, où je travaille depuis 2020. Je me présente avec l’équipe des Membres pour le changement à cette élection pour aider à bâtir un syndicat transparent, effi…

Lily Spek

Lily Spek

NRCan (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Lily Spek. J’utilise les pronoms elle/she/her. Je suis analyste des politiques et agente libre à Ressources naturelles Canada depuis 2016. Je me présente avec l’équipe des Membres pour le changement à cette élection pour aider à bâtir un syndicat transparent, …

Masha Davidovic

Masha Davidovic

LAC (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Masha Davidović (elle). Je travaille à Bibliothèque et Archives Canada (BAC) en tant qu’analyste et je suis membre de la section locale 519 de l’ACEP depuis plus de cinq ans. Je suis une immigrante de première génération et une femme transgenre. Cette année él…

Megan Wylie

Megan Wylie

NRCan (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Megan Wylie et je suis analyste des politiques à Ressources naturelles Canada (RNCan) depuis 2022. J’utilise les pronoms she/her/elle. Je me présente avec l’équipe des Membres pour le changement à cette élection pour aider à bâtir un syndicat transparent, effi…

Michel Larcher

Michel Larcher

INFC (EC Director)

Bonjour, Mon nom est Michel Larcher, j’utilise le pronom « il » et je suis analyste à Infrastructure Canada depuis 2021. Je me présente à cette élection avec l’équipe des Membres pour le changement, car je crois qu’il est temps de transformer notre syndicat en une organisation plus démocratique, plu…

Neil Burron

Neil Burron

ESDC (EC Director)

Je me présente en tant que membre d’une équipe qui s’est engagée à apporter des changements progressiste à notre syndicat. Ensemble, Membres pour le changement bâtira un syndicat plus fort avec des membres mobilisés et des sections locales organisées en milieu de travail. Un syndicat qui…

Nora Curti

Nora Curti

CIRNAC (EC Director)

Motivation pour me présenter Je m’appelle Nora Curti (elle) et je me présente au Comité exécutif national (CEN). Je suis une fonctionnaire fédérale de longue date et m’implique au sein de la section locale 301. Je suis motivée à me présenter parce que je suis passionnée par l’augmentatio…

Rutvi Ajmera

Rutvi Ajmera

ISED (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Rutvi Ajmera. J’utilise le pronom elle. Je suis conseillère au niveau de mon ministère à Innovation, Science et Développement économique (ISDE). Je me présente avec l’équipe des Membres pour le changement à cette élection pour aider à bâtir un syndicat transpa…

Sydney Holmes

Sydney Holmes

WAGE (EC Director)

Je m’appelle Sydney Holmes (elle). Je suis analyste de politique à Femmes et égalité des sexes Canada depuis février 2022. Je me présente avec l’équipe des Membres pour le changement à cette élection pour aider à bâtir un syndicat transparent, efficace et progressiste pour moi, mes collè…

Trevor Green

Trevor Green

TC (EC Director)

Bonjour, Je m’appelle Trevor Green, j’utilise les pronoms ‘“il” et “lui”. Je suis agent de recherche et d’analyse à Transports Canada depuis l’été 2022.  Je travaille à partir de Montréal avec une équipe basée dans la RCN. Je suis également le président de la section locale 5…

Carey Hill

Carey Hill

EC Director

Je m’appelle Carey Hill et j’utilise les pronoms (elle/la). Je me présente au poste de directrice EC de l’ACEP avec les Membres pour le Changement afin d’aider à construire un syndicat plus démocratique, transparent et progressiste. Je suis très heureuse de me présenter aux c…

Formulaire pour s’impliquer

Vous souhaitez aider à transformer la plateforme en réalité? Remplissez le formulaire pour vous impliquer dans notre campagne!

Le Caucus Solidaire a soutenu Membres pour le Changement lors de cette élection. Pour en savoir plus ou pour vous impliquer avec le Caucus Solidaire cliquez ici.

Endossements:

Caucus Solidaire

Alex Silas

Alex Silas

vice-président exécutif régional pour la région de la capitale nationale, AFPC

Alysha Aziz

Alysha Aziz

membre de la section locale 514

Glenn Carroll

Glenn Carroll

président de la section locale 526 (Infrastructure Canada)

Juno Garrah

Juno Garrah

présidente de la section locale 520

Michael McCormick

président de la section locale 522 (IRCC)

Alex Miller

Alex Miller

président de la section locale 527 (FIN/SCT)

Liam Lynch

Ancien président de la section locale 514

Declan Ingham

Declan Ingham

Ancien directeur de la mobilisation de la section locale 514

Emily Howard and Tyler Paziuk

Emily Howard et Tyler Paziuk

présidente et vice-président de la section locale 501 (CISR)